Bref aperçu des avancées et défis du développement thérapeutique MH - 2016
L'année 2016 a apporté un certain nombre de progrès notables s'agissant de la recherche et du développement thérapeutique pour la maladie de Huntington.
Mise en ligne le 8 mars 2017

Bien qu’un traitement de modification de l’évolution de la maladie de Huntington demeure aléatoire, la planification et l’exécution des premiers essais chez les humains, portant sur certaines des avancées les plus prometteuses en matière de développement thérapeutique, se sont activement poursuivies.

Des améliorations apportées aux thérapies symptomatiques existantes ont permis de faire un pas vers leur utilisation chez les patients.
Les chercheurs ont fait progresser les limites de notre compréhension des maladies neurodégénératives pour proposer de nouvelles cibles thérapeutiques et nouvelles directions pour de futurs travaux.
Il y a, également, eu des déceptions pour la communauté MH avec l’échec de plusieurs composés prometteurs qui n’ont pas montré d’améliorations lors d’essais cliniques humains ; cependant, dans l’ensemble, l’année 2016 a apporté à la communauté MH quelques pas supplémentaires vers des traitements qui pourraient ralentir ou inverser le cours de la maladie de Huntington.

* Plusieurs essais cliniques se sont achevés en 2016, avec des résultats mitigés.

L’annonce des résultats de l’étude First-HD avait fait espérer l’approbation d’un traitement médicamenteux amélioré pour la chorée chez les patients atteints de la maladie de Huntington.
La FDA a exigé des informations supplémentaires avant d’approuver la deutetrabenazine et la compagnie Teva a soumis à nouveau sa demande de nouveau médicament en octobre 2016.
Elle espère voir le médicament approuvé au cours du premier semestre 2017.

L’étude PRIDE de la compagnie Teva, portant sur une dose plus élevée de pridopidine, a également pris un virage surprenant en 2016, l’analyse préliminaire ayant montré que le médicament n’a pas amélioré le score moteur total chez les patients MH mais il a pu être associé à l’amélioration de la capacité fonctionnelle totale à 52 semaines.
La compagnie Teva avait choisi de prolonger l’essai à 52 semaines après avoir découvert que le médicament avait ralenti la progression de la maladie dans des systèmes modèles.

Et enfin, lors des dernières semaines de 2016, la compagnie Pfizer a mis fin à l’essai Amaryllis, portant sur l’étude d’un médicament, un inhibiteur de la phosphodiestérase 10, après que celui-ci n’ait montré aucun bénéfice clinique.

______________________________

* Des essais cliniques en cours et nouveaux en 2016 comprenaient certaines des premières approches ciblant le gène afin d’être étudiées dans le cadre de la maladie de Huntington, ainsi que de nouvelles approches pour ralentir la progression de la maladie.

La compagnie Ionis poursuit son étude phase I utilisant l’injection intrathécale d’un oligonucléotide anti-sens (ASO) IONIS-HTTRx, et jusqu’à présent, le composé a été bien toléré.

La compagnie Azevan Pharmaceuticals a annoncé le lancement de l’essai phase II Stair, financé par NeuroNEXT, visant à évaluer l’innocuité et la tolérabilité du médicament SRX246 pour le traitement de l’irritabilité des patients MH.

_______________________________

* Les essais portant sur des composés ayant des effets anti-inflammatoires, approuvés ou prometteurs pour d’autres troubles du système nerveux chez les patients MH, se sont poursuivis tout au long de l’année 2016.

La compagnie Teva continue d’évaluer le médicament Laquinimod, un modulateur immunitaire (essai Legato-HD).

Le Huntington Study Group et la compagnie Vaccinex prévoient également de conclure en 2017 l’essai SIGNAL portant sur le médicament VX15/2503 (anticorps monoclonal), dans la mesure où au mois d’août 2016, les analyses n’ont révélé aucun problème d’innocuité qui nécessiterait l’arrêt ou la modification de l’essai.

______________________________

* Des thérapies, ciblant le gène, en développement préclinique sont arrivées sur le devant de la scène en 2016.

Alors que IONIS-HTTRx est un ASO actuellement en essai clinique, la compagnie WAVE Life Sciences a également un programme de développement préclinique avec lequel elle espère débuter un essai humain en 2017, portant sur des ASOs ciblés pour réduire sélectivement le gène muté.

Les compagnies Voyager Therapeutics, UniQure, Spark Therapeutics, et des chercheurs universitaires concentrent leurs efforts de silençage génique sur des systèmes de délivrance basés sur des vecteurs viraux, utilisant des virus adéno-associés (petit virus à ADN, non pathogène) pour contaminer les cellules avec une pièce de silençage génique du matériel génétique.

Traduction libre (Dominique C. - Michelle D.)

Source :  Article de Meredith A. Achey, BM (2016 : Advances and challenges in HD therapeutic development) Huntington Study Group - Journal HD Insights du 22 février 2017