Essai CYST-HD : extraits de l'article de HDBuzz

Complément à l'article du 16/12/2015.
Au début du mois de décembre, la compagnie Raptor Pharmaceuticals a, dans le cadre de la maladie de Huntington annoncé les résultats de l’essai clinique portant sur un médicament appelé cystéamine.

Mise en ligne le 30  décembre 2015


Les gros titres dans les médias, concernant cet essai, sont excessifs et HDBuzz est donc là pour analyser ce que signifient réellement ces nouveaux résultats pour la communauté MH.

Lorsqu'on débute la lecture d'un article relatif à un essai spécifique, la chose la plus importante à retenir en premier lieu est la raison pour laquelle cet essai a existé : pour tester l'efficacité d'un médicament sur la maladie de Huntington.

Un peu d'histoire

L'essai clinique de phase 2/3 réalisé par la compagnie Raptor Pharmaceuticals a testé la cystéamine, un médicament ayant déjà franchi certains premiers obstacles du processus d’approbation des médicaments, en tant que traitement retardant les symptômes dans le cadre de la maladie de Huntington.

Nous savons, par des tests réalisés en laboratoire, que la cystéamine, également connue sous le nom de RP103, réalise de nombreuses bonnes choses pour le cerveau.
Elle peut stopper les protéines collantes afin d'éviter l’encrassement du cerveau, entraîner la réparation des cellules du cerveau, augmenter les taux d’une substance chimique qui maintient les cellules en bonne santé, et enlever l’excès de métal toxique pour le cerveau.
En théorie, quelques uns de ces effets (ou tous) pourraient contribuer à retarder les symptômes MH chez l’homme.

La compagnie Raptor a exécuté cet essai clinique particulier en deux parties, compte tenu de sa durée.
Dans un premier temps, les participants ont reçu au hasard la cystéamine ou un placebo deux fois par jour.
Dans un second temps, toutes les personnes ayant précédemment reçu le placébo ont pris la cystéamine (et les personnes prenant déjà de la cystéamine ont continué à en prendre).
Une telle organisation permet de faire en sorte qu’aucun participant à l’étude ne manque les effets bénéfiques du médicament, s’ils existent.

Comme dans de nombreux essais cliniques, l’essai de Raptor a porté sur un tas de questions quant à savoir si et comment le médicament affecte les symptômes MH.
La plus importante de ces questions concernant l’essai, que nous appelons son critère d’évaluation principal et qui sert de fondement pour évaluer le succès global de l’essai, était axée sur les symptômes moteurs.
Plus précisément, le critère d’évaluation principal portait sur le fait de savoir si la prise de cystéamine pourrait ralentir l’évolution des symptômes moteurs qui apparaissent généralement dans le cadre de la maladie de Huntington.
L’essai a également déterminé si la cystéamine affectait d’autres choses, telles que la fonction globale, l’indépendance et l’innocuité.

Les résultats définitifs sont en deça de l'objectif

Pour tout essai clinique, les résultats les plus importants sont ceux liés au critère d’évaluation principal.
Ce critère est déterminant afin de pouvoir considérer si l’essai a été un succès ou un échec.

Malheureusement, l’essai CYST-HD est loin d'avoir atteint son objectif de critère d’évaluation principal.
Même si les symptômes moteurs chez les personnes ayant pris la cystéamine ont eu tendance à progresser plus lentement que ceux des personnes ayant pris le placebo, l’effet du médicament n’a pas été assez significatif ou assez cohérent pour être considéré comme statistiquement significatif.

Par ailleurs, bien que les effets du médicament sur les symptômes moteurs soient devenus plus prononcés lorsque la compagnie Raptor a examiné un sous-ensemble spécifique de participants à l’essai, ceux-ci n’étaient pas encore statistiquement significatifs.

Néanmoins, ces tendances intéressantes, couplées avec certains autres tests de l’essai relatifs aux évaluations fonctionnelles et d’indépendance, impliquent que la cystéamine pourrait affecter subtilement la maladie de Huntington d’une manière non collectée par les analyses principales de l’essai.

Le fait d'être statistiquement significatifs est-il important ?

Pour donner un sens à ce que signifie cet ensemble de résultats, il est important de garder à l'esprit que les essais cliniques sont réalisés pour tester l'efficacité d'un médicament sur la maladie de Huntington.

Nous tous - chercheurs, compagnies pharmaceutiques et plus spécialement la communauté de patients - nous voulons en réalité trouver des médicaments qui font une différence dans le cadre de la maladie de Huntington.
Toutefois, ce désir peut parfois nous exposer à un risque de saisie de tendances qui ne sont pas réelles, ou plus dangereuses, en croyant à un médicament qui en réalité ne fonctionne pas.

Les statistiques sont utiles pour atténuer ces risques, nous indiquant si les résultats observés lors de l’essai clinique sont crédibles ou sont plutôt probablement dus au hasard.

Lorsque nous indiquons que les résultats concernant le critère d’évaluation principal de l’essai Raptor ne sont pas "statistiquement significatifs", il s’agit là d’une grande déclaration.
Cela signifie que dans cette étude, les effets du médicament auraient pu facilement être dus au hasard.
Mathématiquement parlant, il n’y a pas de différences entre les effets de la cystéamine et ceux du placebo sur les symptômes MH.
Par conséquent, même après cet essai de trois ans, nous ne disposons pas encore de preuves confirmant que la cystéamine est efficace sur la maladie de Huntington.

A partir de là, où allons-nous ?

Même si l’essai de Raptor n’a pas atteint son critère d’évaluation principal, nous pouvons néanmoins retenir deux informations potentiellement importantes et intéressantes.

Premièrement, l’essai nous donne des indices épars aux termes desquels la cystéamine pourrait subtilement retarder certains symptômes MH chez certaines personnes.
Par conséquent, miser sur ces effets est théoriquement toujours possible, peut-être en examinant une population de patients légèrement différente ou en se posant différentes questions relatives à la manière dont le médicament affecte les symptômes MH.
Deuxièmement, l’essai a confirmé que la cystéamine avait un assez bon profil d’innocuité chez des patients atteints de la maladie de Huntington, ce qui signifie qu’elle ne provoque pas d’effets secondaires intolérables.

Armée de ces nouvelles connaissances, la compagnie Raptor estime avoir suffisamment appris lors de cet essai pour en concevoir un nouveau ayant une plus grande chance de succès (par exemple, un essai montrant que la cystéamine pourrait davantage ralentir l’évolution des symptômes qu’un placebo).

Nous ne pouvons pas prédire l’avenir, de sorte que nous ne savons donc pas si un essai de ce type sera planifié.
Toutefois, l’histoire nous révèle que la route vers la cystéamine sera ardue.
D’autres médicaments MH candidats, tels que la créatine et le CoQ10, pour lesquels des essais cliniques clés ont échoués, n’ont pas obtenu de bons résultats lors de divers essais cliniques ultérieurs.
Nous tempérons donc notre enthousiasme avec une dose mesurée de prudence s’agissant d’un nouvel essai sur la cystéamine.

En conclusion

Bien entendu, nous sommes déçus par le fait que les résultats de l’essai CYST-HD ne soient pas plus positifs mais il est important de rappeler que tous les essais cliniques MH, même ceux qui échouent, nous apportent des connaissances et de l’expérience pour réaliser de meilleurs essais dans l'avenir.

Traduction libre (Dominique C. - Michelle D.)

Source : - Article de Melissa Christianson du 18 décembre 2015

Précédent article : Article du 16 décembre 2015